Avec les jeunes

Le travail avec le jeune commence dès la préparation de l’accueil familial.

Dans ce cas, il s’agit pratiquement toujours d’enfant en bas âge, se trouvant en institution.

Durant le pré-accueil, nous travaillons toujours en binôme (un psychologue avec l’assistant sociale qui sera l’intervenant référent durant l’entièreté de la prise en charge).

 

Lorsque nous rencontrons le jeune au sein de l’institution, nous avons plusieurs objectifs :

 

            - nous lui expliquons  qui nous sommes  et,  le pourquoi de notre visite (soit le mandat reçu par le Service de l'Aide à la Jeunesse, par le Tribunal ou par le Service de Protection Judiciaire) ;

            - nous  tentons de le rassurer (s’il y a lieu) sur le maintien du lien avec ses parents et sur le fait que nous serons présents lors des rencontres avec ceux-ci  (si telle est la demande du mandant) ;

            - nous  essayons de créer un lien, une alliance avec le jeune afin de le sécuriser avant de lui présenter sa famille d’accueil (famille que l’on présente dans un premier temps par le biais d’album photos). Ensuite, nous accompagnons les premières rencontres entre l’enfant et sa famille d’accueil.

 

Dans le cas d’une reprise de guidance, c’est-à-dire les situations où le placement s’est effectué avant notre intervention. Nous nous présentons, expliquons notre travail d’accompagnement de la famille et du jeune et les objectifs du mandat. Nous expliquons également  notre travail quant aux rencontres encadrées avec ses parents (si c’est opportun dans la situation).

 

 

Lorsque l’accueil est effectif, nous commençons notre travail d’accompagnement de l’accueil  soit, un travail de « soin », dans le sens de «  prendre soin » du jeune et des personnes qui l’entourent à savoir, sa famille d’accueil et ses parents (mais aussi grands-parents, fratrie). Notre accompagnement débute toujours en binôme et ce, durant les six premiers mois. C’est la période dite d’évaluation. Celle-ci porte sur le développement du jeune, son évolution physique et psychique tant au niveau de sa santé, de sa scolarité, des difficultés spécifiques qu’il peut rencontrer, des  suivis déjà existants et de ceux à mettre en place. 

 

Nous reprenons également avec lui son histoire et les raisons de son placement (si l’enfant est trop petit, nous le referons au fil du temps). Voir s’il les a correctement intégrées et, les reclarifier au besoin.

 

Nous définissons avec lui et ses familiers des objectifs de travail.

 

Cet accompagnement de l’accueil  se fait dans la continuité et la régularité (si possible avec le même intervenant référent) et ce, depuis le pré-accueil jusqu’au départ du jeune (après son retour en famille ou s’il n’y retourne pas, jusqu’à sa majorité).

 

Notre travail est centré sur le jeune que nous allons apprendre à connaître afin de s’adapter et d’ajuster nos interactions avec lui avec pour objectif qu’il puisse se confier et que nous puissions être porteur de sa parole, de ses réflexions  par rapport à sa famille de naissance, sa famille d’accueil et ses relations à l’extérieur. Nous pourrons ainsi ajuster nos interventions en fonction de ses besoins.

 

Notre service est un lieu investi par le jeune, c’est un instrument de jonction entre ses deux familles. C’est aussi le lieu de rencontre entre lui et ses parents si ceux-ci ne sont pas aptes à gérer seuls leurs relations. Nous accordons de l’importance à la préparation de ces rencontres ainsi qu’au débriefing de celles-ci. Ce sont des moments où le jeune peut mettre des mots sur son ressenti ou encore, s’il est trop jeune, s’exprimer par son comportement.

Ces moments permettent d’alléger le retour en famille et de préparer la rencontre suivante.  

 

Nous sommes alors un agent de triangulation qui  le soutient  dans l’aménagement  et la gestion de ses relations à « ses deux familles ». Notre rôle est de garantir que le jeune soit respecté, à tous niveaux, dans ses deux milieux de vie. De lui montrer que nous sommes là pour lui et que l'on travaille pour son bien-être.

 

Les moyens pour mettre en place cet accompagnement du jeune sont :

 

            - les entretiens en famille d'accueil en sa présence ;

            - les entretiens individuels autour d’une activité à l’extérieur ;

            - les rencontres encadrées avec leurs parents ;

           - se montrer présents dans les différents milieux qu’il fréquente en tant qu’agent de liaison lui garantissant une certaine cohérence  soit, à l’école, avec les thérapeutes, lors d’activités extra-scolaires, avec le réseau (internats, SRJ,) ;

            - les activités de groupes de jeunes organisées au sein du service ;

            - préparer la rupture de l’accueil soit avec une institution, une autre famille d'accueil ou un retour en famille ;

            - préparer l’après majorité :

                        -  démarches administratives

                        -  gestion du cadre entre le jeune et la famille d'accueil (budget, études, Kot,…)

                        -  gestion du maintien du lien avec sa famille de naissance (parents, fratrie,…)

 

 

Avec les parents

Modalités d’accompagnement du parent, de l’enfant, et de la relation parent/enfant :

  • Accompagner le jeune ou l’enfant dans la rupture ou l’absence de contacts avec son parent ;

  • Rester disponible pour le parent (information, demande éventuelle…) ;

  • Accompagner le parent dans sa décision de confier son enfant à un tiers (FA), et/ou dans son renoncement à l’exercice de sa parentalité.

  • Accompagner le jeune dans la compréhension des difficultés de son parents et, des modalités de contacts qui en découlent ;

  • Accompagner les parents dans leurs difficultés, en leur apportant l’information nécessaire pour les inscrire dans un réseau d’aide ;

  • Travailler la capacité d’investissement et de mobilisation du parent sur le long terme ;

  • Travailler avec l’enfant et le parent sur la réalité de leur situation respective, ainsi que sur la rationalisation des attentes de chacun ;

  • Évaluer l’adéquation du parent avec son enfant, au regard de l’évolution de ses problématiques ;

  • Rechercher les modalités de contacts qui permettent des rencontres positives, en fonction des besoins, des capacités et du rythme de l’enfant et du parent ;

  • Proposer des aménagements de contacts lorsque cela s’avère nécessaire (ex : période de rechute ou de stabilisation…).

 

Sur base d’une grille d’observation élaborée par l’équipe, permettant d’objectiver les difficultés rencontrées pendant les contacts entre l’enfant et son parent :

  • Travail sur la compréhension des besoins spécifiques de l’enfant et sur les réponses adéquates à y apporter ;

  • Travail sur le sens donné à l’histoire de l’enfant, à sa situation de placement, aux difficultés du parent ;

  • Travail de la relation et du lien d’attachement entre le parent et son enfant ;

  • Soutenir le parent dans un réinvestissement progressif dans le quotidien de son enfant (scolarité, suivis…), en terme d’information, de marque d’intérêt à l’égard de l’enfant et d’initiative ;

  • Accompagner le parent dans l’anticipation des rencontres, sur des plans réflexifs et pratiques, en fonction des besoins de l’enfant ;

  • Travail avec les parents sur le plan éducatif (mise en place d’un cadre de règles et de limites claires et cohérentes, usage adéquat de l’autorité…) ;

  • Travail sur le réinvestissement progressif du parent dans son rôle, dans le respect des liens créé entre l’enfant et sa famille d’accueil ;

 

La grille d’observation peut être utilisée avec les parents qui ne peuvent pas s’investir à temps plein auprès de leur enfant, et également avec les parents ayant rencontré dans leur parcours de vie des difficultés les plaçant provisoirement dans l’incapacité de prendre en charge leur enfant.

Lorsque le constat est fait que le rythme des rencontres ne peut pas être augmenté, le travail de l’intervenant constitue principalement à maintenir une relation et un lien entre l’enfant et son parent, afin de permettre à chacun de se construire des souvenirs positifs communs, malgré la situation de placement.

Par ailleurs, il s’agit également de définir au fur et à mesure du temps, une forme de parentalité partielle ou de coparentalité. Nous devons alors définir un équilibre pour l’enfant dans une prise en charge organisée la majeure partie du temps en famille d’accueil d’une part, et  la place que le parent peut prendre sur le long terme d’autre part (ex : situation où des séjours seraient organisés chez le parent un week-end sur deux ou pendant les vacances scolaires,…). Il est alors important que cette coparentalité soit inscrite dans un cadre clair, régulier et cohérent pour l’enfant.

 

Dans les situations où la relation parents/enfants évoluent de manière positive, dans le respect du rythme et de l’équilibre de l’enfant, nous travaillons également l’accompagnement de chacun des intéressés (jeune, parent et FA) dans la réintégration familiale de l’enfant :

  • Accompagner l’augmentation progressive des contacts entre un enfant et son parent ;

  • Veiller au respect et au maintien des liens entre l’enfant et ses différentes figures d’attachement (ex : FA, familiers…) ;

  • Travailler la recherche d’un nouvel équilibre de vie dans une situation qui se redéfini au quotidien, pour le parent comme pour l’enfant ;

  • Accompagner chacun dans la fin de l’intervention de notre service (enfant, parent et FA)

 

 

Avec les familles d'accueil

L’accompagnement des familles d’accueil se distingue principalement en l’accompagnement psycho-social et l’accompagnement administratif.

 

  • En ce qui concerne l'accompagnement psycho-social:

 

Il est, tout d’abord, important de préciser que nous travaillons avec deux types de familles d’accueil à savoir d’une part, les familles d’accueils sélectionnées par notre service et d’autre part, ce que nous appelons les reprises de guidance à savoir lorsque nous intervenons au niveau d’une situation où le jeune est déjà placé en famille d’accueil et celle-ci s’avère faire partie du réseau familial élargi (grands-parents, tante, sœur, amis,…) ou de l’entourage des parents.

 

Selon le type de famille d’accueil, notre travail est quelque peu différent et ce, tout au long de notre accompagnement.

 

  • Lorsqu’un accueil débute avec une famille d’accueil sélectionnée, nous avons déjà pu créer une certaine relation de confiance avec les personnes et ce, pendant le processus de sélection. Lorsque nous sommes mandatés dans une situation de reprise de guidance, nous devons, tout d’abord, apprendre à connaitre les familles d’accueil, comprendre leur histoire familiale, tenter de créer une relation de confiance et assez souvent nous devons, également, évaluer l’accueil ainsi que les compétences de ces familles d’accueil. C’est la raison pour laquelle nous demandons des mandats d’évaluation pouvant aller jusque 6 mois et ce, afin d’évaluer la possibilité de travailler avec ces familles d’accueil et d’affiner nos objectifs de travail.

      Pendant la période d’évaluation, nous travaillons toujours en binôme et nous essayons que celui-ci soit composé d’un psychologue et d’un assistant social.

 

  • Une fois la période d’évaluation terminée ou une fois que le jeune a été accueilli par sa famille d’accueil, l’assistant social intervient seul dans la situation où le psychologue reste une personne ressource.
     

Notre travail avec les familles d’accueil s’articule autour de grands axes principaux à savoir :

 

            - Les aider à comprendre et respecter toutes les responsabilités inhérentes au statut de famille d’accueil à savoir la disponibilité et la collaboration avec le service, le respect des modalités de contacts fixées avec les parents,… ;

            - Les soutenir et les accompagner dans la prise en charge quotidienne du jeune ;

            - Veiller à ce qu’une place soit laissée pour les parents dans la vie du jeune ;

            - Veiller à la mise en place et/ou le maintien des suivis spécialisés pour le jeune ;

            - Veiller à ce qu’elles puissent faire appel et collaborer avec le réseau (école, PMS,…) ;

            - Les amener à conscientiser que l’accueil peut prendre fin si un projet de réinsertion se met en place

 

Il est à noter que pour les reprises de guidance, une grande partie de notre travail s’axe également autour d’un accompagnement éducatif.

Nous devons aussi être le garant du respect du cadre et des modalités fixées par les mandants. En effet, nous rencontrons, souvent, des grands-parents qui sont tiraillés entre leur rôle de parents, de grands-parents et de famille d’accueil. Ils éprouvent des difficultés à respecter les interdictions de contacts en dehors des rencontres définies avec le mandant et notre service.

 

 

Nous veillons à pouvoir travailler en collaboration et en transparence avec nos familles d’accueils et ce, via des entretiens à domicile ou au service en présence ou non des jeunes.

 

  • En ce qui concerne l'accompagnement administratif :

 

En ce qui concerne les questions plus administratives et financières, notre service administratif est à leur écoute et les accompagne bien volontiers, dans leurs démarches (allocations familiales, changement d’adresse, mutuelle, constitution de leur dossier administratif …).

Il arrive également que nous devions effectuer des démarches plus spécifiques comme l’obtention d’un carnet de vaccination, prise de contact avec l’office des étrangers pour la régularisation administrative du jeune, l’obtention d’un passeport …

 

Nous sommes également là pour leur rappeler quelques règles telles que nous avertir rapidement de tout changement familial (composition de la famille, mise au chômage ou à la pension, invalidité). Tous ces changements peuvent avoir une répercussion sur le calcul de l’allocation d’entretien qui leur est versée.

Ils doivent également nous avertir de tout départ en vacances, particulièrement à l’étranger, hospitalisation de l’enfant. Nous devons, en effet, avertir ou solliciter l’autorisation du mandant et des parents.

 

Le service administratif est également un pôle très important quant au traitement et au paiement des allocations d’entretien et des frais ponctuels et complémentaires.

 

Lors de la sélection des familles d'accueil candidates

Il s’agit d’une procédure souple qui dure généralement entre 4 et 6 mois, au niveau de la ‘sélection’ en tant que telle. Elle concerne des familles d'accueil candidates, terme regroupant toute forme de configuration familiale

Voici les différentes étapes :

  • Lorsqu’une famille candidate prend contact avec notre service, nous lui demandons systématiquement une confirmation écrite de sa demande dans laquelle la famille se présente et explique brièvement son projet.

  • Après réception de ce courrier, un premier rendez-vous est organisé avec la famille d’accueil candidate à l’Espoir. Ce premier contact, qui est effectué par un binôme psychologue – direction permet de faire une première connaissance avec la famille, d’expliquer le fonctionnement de la sélection. Nous prenons également le temps d'expliquer à la famille la différence avec l'adoption et entre les différents types d'accueil.

  • Au terme de ce premier rendez-vous, il est demandé à la famille candidate de réfléchir aux informations transmises et de nous confirmer, ou non, leur candidature. Dans l’affirmative, nous leur demandons de nous retourner un questionnaire de type "administratif" qui leur a été remis lors du premier rendez-vous. Une orientation (autre type d'accueil, parrainage, adoption,...) peut également être discutée si nous pensons que le projet de la famille ne correspond pas aux types d'accueil proposés à l'Espoir

  • Dès réception du questionnaire complété, le travail de sélection en tant que tel commence avec la famille candidate. Ce travail s’effectue en binôme (assistant sociale - psychologue), le binôme qui sera référent du jeune si le projet parvient à se concrétiser. Durant les différents entretiens, les thèmes suivants sont (à nouveau) abordés :

    • Explication de la différence avec l’adoption ou tout autre accueil (urgence, court terme)

    • Les motivations à l’accueil

    • L’histoire de chacun/du couple (en individuel)

    • Implication des enfants de la famille candidate dans le projet d’accueil

    • Sensibilisation à la réalité du placement, aux difficultés des jeunes,…

    • Travail avec eux de la faisabilité de la collaboration avec notre service

    • Mise en situations

    • Visite de la maison

  • La sélection se réalise en plusieurs entretiens s'étalant, pour les accueils dit "Moyen-Long Terme" sur environ quatre mois, pouvant être prolongés de deux mois en fonction de la nécessité de la situation et des retours que nous donne la famille. Le délais de la sélection pour les accueils d'Urgence est d'environ deux mois.

  • Un retour en équipe est réalisé après chaque entretien afin de dégager des pistes de travail ou des questionnements, ainsi que la poursuite ou non du processus de sélection. Après chaque entretien, il est possible, tant pour la famille candidate que notre service, de mettre un terme à la sélection de la famille candidate.

  • Lorsque la famille est acceptée, celle-ci est informée lors d’un entretien qui est prévu à cet effet. Si elle est refusée, elle reçoit un courrier avec la possibilité d’être reçue pour connaitre les raisons du refus.

Notre travail